Skip to Content

LA 6000 D à AIME (73)

 
 
 
LA 6000D
Distance  65,6 km  / 3500 m de dénivelé (D+)
Altitude de départ et d'arrivée: 673 m
Point culminant de la course: 3047 m
114 ----08h38m56s ---DA SILVA JOAQUIM          V1M / 26
210---- 09h16m47s ---VALETTE LILIAN                   V1M / 62
370 ----09h53m18s--- PARAT BENJAMIN              V1M / 113
565 ----10h31m36s---GUILLAUD SYLVAIN            V1M / 179
566 ----10h31m36s--- LIVET LAURENT                   V2M / 59
 
Un  grand bravo aussi BELLON CHRISTOPHE qui a été contraint à l’abandon après problème gastrique au 20 km.
Eh bien voila c’est fait…
Il est 5h15 nous voilà 6 du MACADAM 07 sur la course des Géants LA 6000 D.
Une petite photo et nous rentrons dans le sas le stress arrive, le ciel nous verse quelques gouttes et la température baisse cela fait du bien après une nuit chaude et courte réveille à 2h30.
Enfin 6h le départ sous les fumigènes et les flammes environ 1500 coureurs.
Les 4 premiers km sont bien roulant mais il faut être très prudent, il faut monter à 3047m et nous sommes à 670m ouille…
La première côte (environ 6km) nous emmène à la PLAGNE MONTALBERT 1350 m (km10), la montée se passe bien beaucoup de monde mais j’arrive à monter d’un bon pas.
Direction la piste de Bobsleigh pas si impressionnante en courant par contre les virages sont vraiment relevés, cela doit vraiment glisser vite. A la sortie de la piste beaucoup de monde nous encourage cela est très motivant merci Huyen et Natacha et Choupette.
Ensuite une route nous emmène vers les pentes du domaine skiable de La Plagne Aime 2110m , je monte toujours bien pas de soucis. Nous redescendons sur le premier ravitaillement à la Plagne centre 1979m (km20), je croise Huyen et Natacha et Lilian qui repart avec moi du ravito.
Il me pose son accélération avec ses grandes enjambées et Joaquim me déboule dessus aussi et là les jambes commencent à être un peu lourde mais je monte, beaucoup de monde car on récupère la 6D lacs donc on traine dans les mono traces et j’essaye de comprendre ce qu’il m’arrive, je bois et je m’alimente un peu plus. Nous arrivons à  la Roche de Mio 2681m où la foule est bien présente des encouragements qui font chaud au cœur, je passe la Roche de Mio et commence une descente sur le col de la Chiaupe 2492m, les jambes ne sont plus là, je lutte pour tenir un petit rythme mais pas facile.
Le ravitaillement du col de la Chiaupe (km30), je prends mon temps de boire et manger car la grimpée du glacier est devant nous. C’est parti, une longue grimpée pour le glacier en fil indienne et des coureurs qui en descendent déjà à fond. J’arrive en haut 2994m  pas bien, des mots de tète et pas à l’aise dans ma course. Je finis par arriver à la partie sommitale 3047m, et là je trouve un magnifique rocher pour me soulager et je repars dans la descente, avec enfin des jambes de retour, dire que j’ai attendu d’être à 3000m !
Une descente avec un peu de neige mais tout va bien pas besoin de mettre les chaines et je croise les coureurs qui montent en fil indienne, nous revoilà au Col de la Chiaupe, je décide de changer mes chaussettes qui sont un peu mouillées et je prends 5 min pour reprendre un peu au ravito. Puis descente vers le Chalet du Carroley 2050m (km40), cela fait du bien de mettre les nouvelles chaussettes sauf que l’orage gronde et des trompes d’eau déboulent sur nos têtes, il faut mettre le coupe vent et gravir cette dernière difficulté le col de L’arpette 2337m, au sommet le soleil revient mais les chaussettes sont trempées, dommage. On aperçoit Belle Plagne 2073m et  la Plagne Bellecôte 1924m, la descente est bien boueuse mais grande confiance avec mes chaussures, les cuisses souffrent un peu mais j’ai de bonnes sensations, me voilà au ravito de la Plagne Bellecôte.
Un ravito qui fait plaisir mais il faut charger un peu car il nous reste 20km alors je mange et bois beaucoup. Le temps est redevenu calme et il commence à faire un peu plus chaud.
Je repars, on descend un peu puis un long chemin forestier avec un faux plat très cassant, je marche dès que cela monte car les jambes et mon corps souffrent avec la longueur de cette course, cela fais 7h40 que je coure.
Je retrouve d’autres coureurs dans la souffrance cela rassure c’est donc normale…
Nous arrivons à Montchavin 1247m (km53) un petit ravito ou je ne charge pas trop d’eau  car il ne reste que 12 km.
Là on descend toujours les cuisses deviennent brulante, puis un chemin dans la forêt, ça monte et ça descend, idéal pour un entrainement cross mais dure pour la fin, je marche, je cours cela devient compliqué, je double des coureurs et on me double, c’est presque la fin nous arrivons devant l’Isère qui nous apporte un peu de fraicheur mais il reste 2k500 de goudrons, je suis à l’arrache pour finir et enfin le village d’arrivée se présente, je croise Huyen dans sa voiture, cela me relance pour finir et je franchis enfin la ligne d’arrivée de cette énorme course en 9 h53 et je fonds en larme, la pression chute….
Et une bonne bière pour faire tomber la pression....
Merci à tous pour votre soutien et d’avoir lu ce compte rendu un peu long mais c’est une longue course…
Viva   MACADAM  07 .
Benjamin